Samedi 30 Mai 2020

L'actualité complète Retour

Lundi 17 Avril 2017 | Actualités

François Fillon offre un vrai avenir aux jeunes - par Soizic PERRAULT

HJ : Soizic Perrault, vous êtes élue et aussi enseignante en lycée professionnel et on connaît votre attachement au mérite. Dans ce contexte où de plus en plus de jeunes rencontrent des difficultés pour accéder au marché du travail, pouvez-vous nous dire à partir de votre expérience, en quoi les propositions de François Fillon assurent un meilleur avenir à nos jeunes ?

 

Soizic Perrault : l’avenir de chaque jeune passe d’abord par l’accès à un emploi qui offre de vraies perspectives. J’insiste sur cette notion de perspective, car ces dernières années, le Gouvernement a dépensé 1,2 milliard par an pour des contrats aidés qui ne permettent pas à leurs bénéficiaires de retrouver un emploi par la suite.

L’avenir des jeunes sera d’autant plus assuré qu’ils pourront s’épanouir dans des secteurs d’activités en plein essor et qui recrutent.

C’est pourquoi il est urgent de rattraper notre retard sur nos voisins européens en généralisant progressivement l’apprentissage dans l’enseignement professionnel, en développant rapidement des sections d’apprentissage ouverte dès l’âge de 15 ans dans les lycées professionnels. Il faudra également décloisonner les parcours des jeunes et permettre les réorientations afin de répondre au mieux aux aspirations des jeunes. Pour accompagner cette évolution, il me semble indispensable d’améliorer l’information des jeunes et des parents sur les opportunités professionnelles à l’échelle de chaque bassin d’emploi.

Enfin, je suis consciente également qu’il faudra faciliter et renforcer l’engagement des entreprises pour l’apprentissage. Sans cela, il sera difficile d’être efficace. C’est pourquoi François Fillon a raison de proposer une exonération totale des charges sociales pour l’embauche d’un jeune en alternance.

Il faudra aussi revoir le rythme de l’alternance pour le rendre plus compatible avec celui de l’entreprise, en permettant notamment une plus grande modularité des temps de présence.

L’apprentissage doit devenir une voie d’excellence. Pour cela, nous devrons nous appuyer sur les Régions pour coordonner les demandes des entreprises avec les aspirations des jeunes.